Les écueils de la séduction en ligne, la leçon de JeffXXL

Categories : Brand image studies

Je m’appelle Cédrick. J’ai 38 ans, je suis relativement intelligible, plutôt charmant et globalement de bonne compagnie. Je suis aussi, comme tout bon célibataire qui ne souhaite pas le rester, un utilisateur averti des outils de « dating » modernes que sont Tinder ou OkCupid. La fin du célibat ne se conçoit plus, semble-t-il, sans ces intermédiaires. En dehors du virtuel et de la géolocalisation, point de salut!

Je dois toutefois dire, et il s’agit là d’une véritable chance, que mon bagage en recherche marketing est des plus utiles pour comprendre et m’illustrer dans cet univers. La séduction en ligne entre humains suit en effet les mêmes règles que la séduction des consommateurs dans un marché : un public cible bien défini et un positionnement clair, unique et pertinent.

Voici donc mes suggestions à ceux qui souhaitent se démarquer sur la tablette…

  •  Définir son public cible : en marketing, comme en séduction, il est important de déterminer à qui l’on souhaite s’adresser. À première vue, rien de plus logique. Le public cible est toutefois généralement très mal défini par les séducteurs et séductrices post-modernes.  Ainsi, au-delà de l’âge, la plupart des femmes semblent rechercher des hommes « intéressants », « intelligents » et « qui aiment le bon vin et les soirées entre amis ». Comment attirer les bonnes personnes mais aussi se distinguer à leurs yeux si l’on se présente comme un produit générique? En voulant plaire à tout le monde, on finit par ne plaire à personne.  

 

  • Véhiculer un message clair qui, textuellement ou sous la forme de photographie, répond aux trois caractéristiques d’un bon positionnement.
    • L’attrait et la pertinence :
      • Faire l’effort de se montrer sous son meilleur jour : le vide intersidéral meuble souvent l’onglet description, les plus aventuriers optant pour un dessin de lapin, un « non merci » ou une explication sommaire quant au fait qu’ils ne savent « pas quoi dire dans ces trucs-là, que c’est difficile… ». Cela sans parler des fautes de français à chaque mot et du langage texte. Vous n’achèteriez probablement pas un produit pour lequel vous ne disposez que d’une photographie ou d’un descriptif écrit par un enfant d’âge préscolaire.
      • Choisir des photos adaptées à de la « vente » : elles sont ainsi souvent prises dans une pièce sombre, en « selfie » (vous n’avez pas d’amis?) ou avec plusieurs personnes (c’est lequel qui est en vente?).  Optez plutôt pour des photos claires, où le produit est bien mis en valeur et ce dans différents contextes susceptibles d’interpeller votre public (vous visez un amateur de voyage? Des photos de vous sur une plage de Phuket devraient interpeller le bon segment).  
    •  La crédibilité: la cohérence, source de crédibilité, n’est pas toujours au rendez-vous. J’ai ainsi découvert que « Cruela69 » cherche une relation durable mais « est très occupée » et « ne veut pas nécessairement un chum » alors que « MakeitFit » est à la fois « très intéressée » à faire des rencontres, mais aussi « difficile et a peu de chances de s’intéresser à vous ». Il existe plusieurs centaines de produits sur la tablette. Se présenter à la fois comme un repas gastronomique et du fast-food suscite des doutes et conduit à l’élimination.   
    • L’unicité : elle repose ici plutôt sur une combinaison savante des éléments précédents et est parfaitement illustrée par le fameux « JeffXXL ». Ce séducteur patenté avance ainsi « bien porter son nom » et s’intéresse au segment du marché féminin qui « veut avoir du fun ». Un positionnement clair et précis accompagné d’une description et des photos qui mettent en avant, sans ambiguïté, les qualités recherchées du produit. Un exemple à méditer!   

  

En espérant que mes conseils vous seront utiles…

P.S. : si vous êtes charmante, intelligible et célibataire 

 

 

Share this article
  • LinkedLinked
  • Google PlusGoogle Plus
Go Back
comments powered by Disqus