Combien de groupes? Ça dépend...

Catégories : Groupes de discussion

Les clients de recherche qualitative nous interrogent souvent sur le nombre de groupes de discussion (« focus groups ») requis pour obtenir l'information dont ils ont besoin. Il n'existe malheureusement pas de réponse prédéterminée à cette question. Tout dépend de la problématique et de la clientèle ciblée par la recherche. Il est néanmoins possible d'énoncer quatre lignes directrices qui conditionnent le nombre de groupes requis pour un projet donné.

1.       Des groupes homogènes : les participants au sein d'un même groupe doivent partager certaines caractéristiques (âge, sexe, niveau d'éducation, habitudes d'achat ou de consommation,  statut professionnel ou hiérarchique,...), choisies en fonction de la population ciblée et de la problématique à l'étude. Il s'agit là d'une dimension incontournable pour que les échanges soient riches et équilibrés.  

2.       Des groupes « représentatifs » : il est impératif d'obtenir le point de vue des principaux segments, voire de tous les segments, qui  composent la population cible. Cette exhaustivité garantit en effet une vision globale de la problématique tout en révélant les éventuelles différences entre les segments.  

3.       Un bon niveau de saturation : bien que la littérature suggère trois ou quatre groupes pour chaque profil de participants, deux groupes sont traditionnellement jugés suffisants pour répondre au principe de saturation de contenu (un groupe supplémentaire n'apporterait que des apprentissages marginaux).   

4.       Le budget : de toute évidence, les moyens disponibles pour réaliser la recherche influencent grandement le nombre de groupes. Il existe toutefois des alternatives qui peuvent permettre de concilier les impératifs précédents avec l'enveloppe budgétaire disponible (mini-groupes, durée plus courte, priorité aux segments ayant le plus de poids,...). 

Partager cet article
  • LinkedLinked
  • Google PlusGoogle Plus
Retour
comments powered by Disqus