Tu loues mon loulou?

Catégories : Actualités

Comme tout bon bricoleur du dimanche, j’ai la mauvaise habitude de me lancer dans des projets qui dépassent mes compétences et mettent en lumière le manque de profondeur de ma boite à outils. Armé de mes bonnes intentions et accompagné de ma douce moitié (pour ceux qui suivent mes aventures, j’ai fini par trouver… yay!!!), je me dirigeais donc, d’un pas léger, vers la quincaillerie la plus proche de chez moi. À défaut de compétences, j’y trouverai probablement les outils adéquats.

Après un rapide survol des étals et les conseils relativement éclairés d’un préposé, me voici armé d’une ponceuse, d’une perceuse et de plusieurs outils dont le nom, deux mois plus tard, m’échappe complètement.

Si l’opération « rénovation d’un vieux meuble trouvé dans la rue » s’est finalement bien déroulée, je réalise aujourd’hui le caractère inutile des dépenses réalisées ce jour-là. Avec près de 150 dollars investis, je suis désormais équipé d’outils que, selon mon intime conviction, je n’utiliserai plus jamais et qui occupent beaucoup trop de place dans l’un de mes rares placards.

J’ai réalisé trop tard que la location, c’est la solution. Comme disait mon grand-père, « bourricot que tu es! ».

Qu’il s’agisse de moyens de transport (ex. : vélo libre service Bixi, autopartage Communauto), de meubles, de vêtements griffés ou d’outils, rien n’échappe désormais à la location. Elle s’étend même à la musique, qu’il n’est plus nécessaire de posséder pour écouter (vive le « streaming »!). Cela n’a rien d’étonnant me direz-vous. Nous vivons dans des sociétés « numériques » où rien n’est jamais acquis ou possédé, sinon à court terme (merci Apple !). Plus que jamais, le bénéfice devient plus important que la possession en elle-même.

Cette tendance laisse entrevoir des opportunités pour les entreprises, notamment pour celles qui commercialisent un produit dispendieux dont l’usage est occasionnel. Dans un contexte économique où les consommateurs sont de plus en plus serrés financièrement, il y a peut-être là la possibilité de…

  1. … développer une nouvelle clientèle qui n’a pas les moyens d’acheter mais a certainement les moyens de louer;
  2. … d’établir un véritable partenariat avec cette clientèle en devenant la référence dans le domaine (par exemple la location d’outils,…);
  3. … d’envisager des modes de distribution différents, notamment la location en ligne! Après tout, Netflix y est parvenu et Noble Iron s’y est mis (location de tractopelle et autres équipements de construction en ligne)! 
Partager cet article
  • LinkedLinked
  • Google PlusGoogle Plus
Retour
comments powered by Disqus