All articles in
Usage and attitude studies
Demandons simplement au consommateur ce qu'il veut!

"If I had asked people what they wanted, they would have said faster horses”. Cette citation célèbre, attribuée à Henry Ford1, alimente toujours les débats. Des innovateurs notoires, tels Akio Morita et Steve Jobs, ont aussi avancé des points de vue similaires2. Est-ce nécessaire de demander aux consommateurs ce qu’ils veulent si des innovateurs de cette trempe ont pu se passer de leur opinion?

Plusieurs retiennent de cette citation qu’il est inutile d’écouter le consommateur. Je ne suis pas de cet avis. Il est fort probable que si l’on avait demandé à des utilisateurs de chevaux et de charrettes comment améliorer ce moyen de transport, nous aurions obtenu une telle réponse. Demander aux consommateurs directement ce qu’ils veulent conduit inévitablement à des réponses convenues et peu inspirées, ne pouvant mener à des innovations radicales.

Read more
A modern fear: the one and only FOMO

Fear Of Missing Out (FOMO) is the uneasy and sometimes all-consuming feeling that you’re missing out—that your peers are doing, in the know about or in possession of more or something better than you. FOMO may be a social angst that’s always existed, but it’s going into overdrive thanks to real-time digital updates and to our constant companion, the smartphone."1

Until today I had no idea that the FOMO phenomenon had been named, I only knew I had an ever growing concern about the possibility that I might be paying too much attention to my phone. I often drop everything I’m doing to answer the beckoning call of a notification. I believe I may suffer from a different strain of the FOMO, the PROFOMO (short for professional fear of missing out, trademark pending). I realize that by configuring a specific sound to work-related emails (I don’t recommend you to set that up in your phone if you haven’t done so already) I’ve conditioned a pavlovian response2 that I can no longer supress.

Read more
Vente de prêt-à-porter en ligne : un recueil de bonnes pratiques

Pour la toute première fois, j’ai récemment succombé à la tentation d’effectuer l’achat de bottes d’hiver en ligne. Ces bottes, vendues exclusivement sur Internet, ne pouvaient m’échapper. J’ai donc pris le risque, à savoir celui de passer par-dessus ma crainte d’un processus de retour fastidieux, et procédé à l’acquisition de ces magnifiques chaussures.

Afin de sélectionner le mieux possible la taille idéale, j’ai suivi à la lettre le guide d’ajustement proposé par le site. Pointilleuse, je remarque même que la compagnie indique que l’article Fits Slightly Large (modèle légèrement grand) et que plusieurs clientes recommandent, dans leurs commentaires, de choisir un point en-dessous de notre taille habituelle… Pas facile de trancher! Je prends tout de même la chance d’acheter les bottes coup-de-cœur un demi-point plus petites que ma taille réelle, et en seulement deux jours je reçois le tout dans un emballage impeccable. Arriva toutefois ce qui devait arriver : les bottes sont trop grandes et la couleur diffère de celle vue à l’écran. Déception.

Read more
Adeptes de la première heure

Early adopter. Telle est, en bon français, la terminologie généralement utilisée pour référer à ces enthousiastes impatients d’obtenir la nouveauté de l’heure. Ce phénomène, omniprésent dans le monde des technologies, est aussi bien visible dans des domaines aussi variés que les cosmétiques, la mode ou l’alimentation.

Indépendamment de leur marché de prédilection, ces adeptes de la première heure doivent être chouchoutés parce qu’ils sont une ressource inestimable pour toute entreprise à vocation commerciale. En effet, … :

  • Ils sont passionnés.
  • Ils sont bruyants, que ce soit positivement ou négativement.
  • Ils ont de l’écho, leur opinion étant diffusée à des milliers d’acheteurs potentiels grâce aux réseaux sociaux.
  • Leur opinion se rend là où la publicité peine à trouver sa place (le deuxième écran).
Read more
Service, the Indian way!

L'été dernier, j'ai eu la chance de voyager en Inde pendant un mois. Je suis partie avec une mission personnelle en tête : répertorier les différences culturelles en termes de service à la clientèle entre deux sociétés aux antipodes l'une de l'autre. Je dois vous dire, en toute honnêteté, que je pensais clairement que mes perceptions quant à la supériorité du « légendaire » service à la clientèle nord-américain allaient rapidement se confirmer. Plusieurs mois plus tard, je dois dire que c’est loin d’être le cas!

En Inde, oui c'est pauvre, oui on peut avoir, en tant que touriste, la perception d’être harcelé, mais tout cela est surtout fatiguant lorsqu’on n’est pas en mode « achat ». Dès qu'on est à la recherche d'un produit précis, on apprécie vite d'être approché par un vendeur dévoué en mesure de vous guider dans le dédale des bazars.

Read more